Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 16:52

L'expression "christianisme de philosophes" est souvent employée par Brunschvicg, qui découvre un tel christianisme, "épuré des mythes christologiques", dans le spinozisme.

 

J'aurais plutôt tendance quant à moi à le chercher dans le malebranchisme, ainsi d'ailleurs que dans la méditation de l'oeuvre de Brunschvicg, que l'on ne saurait appeler par un mot en "isme" !

 

mais au fond, parler d'un christianisme de philosophes, tout en récusant la notion de "philosophie chrétienne" (comme Brunschvicg le fait dans un débat avec Gilson), n'est ce pas évoquer un "christianisme chrétien" ?

 

puisque la philosophie occidentale, comme le christianisme, ne sont rien d'autre que le développement du prodigieux premier verset de l'Evangile de Jean :

 

http://ba.21.free.fr/ntgf/jean/jean_1_gf.html

 

Ἐν ἀρχῇ ἦν ὁ λόγος, καὶ ὁ λόγος ἦν πρὸς τὸν θεόν, καὶ θεὸς ἦν ὁ λόγος.

 

Dans le Principe était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu, et le Verbe était Dieu.
les mots grecs  Ἐν ἀρχῇ  traduisent évidemment le mot hébreu qui commence la Torah :
Ἐν ἀρχῇ   =  בְּרֵאשִׁית=  Dans le Principe
 
 
Whitehead affirme que toute la philosophie occidentale consiste en "notes en bas de page de Platon".
 
Mais Platon tout entier est "contenu" et "relevé" dans et par l'Evangile de Jean !
 
On pourra dire, si l'on veut, que la philosophie (théorique), ou encore la métaphysique, est constituée de "notes en bas de page de l'Evangile de Jean"
 
Le christianisme en est la mise en application.
 
C'est aussi la science des idées, condition de possibilité de toutes les (autres) sciences, y compris la mathématique, dont parle Brunschvicg dans le chapitre "Spiritualisme et zsens commun" de son livre "L'idéalisme contemporain" :
 
 
 
"comprendre la civilisation à laquelle il appartient, l'âme qui se fait par elle, l'éclairer à la lumière de la réflexion, en y retrouvant l'unité vivante, le foyer intérieur du progrès, l'esprit, telle est l'oeuvre du philosophe.

Cette conception place la philosophie au coeur de la morale comme au coeur de la science, au centre de l'humanité....nous croyons avoir montré que la tradition autorise à lui donner le nom d'idéalisme; mais nous voudrions aller plus loin, et dire que c'est dans cette conception même que l'idéalisme conquiert sa propre vérité.

Tout idéalisme est incomplet et impuissant qui conçoit l'idéal en l'opposant à la réalité;l'idéal, c'est alors ce que nous ne sommes pas, ce que nous ne pouvons pas être, le chimérique ou l'inaccessible.

Et ainsi se constitue le faux idéalisme, celui qui célèbre doctement la banqueroute de la science humaine, afin de fonder la vérité divine sur l'absurdité de la croyance, ou qui s'associe joyeusement sur terre à l'oeuvre d'iniquité, afin de mieux réserver la justice au Ciel..

mais si l'idéal est la vérité, il est la vie même de l'esprit. L'idéal, c'est d'être géomètre, et de fournir d'une proposition une démonstration rigoureuse qui enlève tout soupçon d' erreur; l'idéal c'est d'être juste, et de conformer son action à la pureté de l'amour rationnel qui enlève tout soupçon d'égoïsme et de partialité.

Le géomètre et le juste n'ont rien à désirer que de comprendre plus ou de faire plus, de la même façon qu'ils ont compris ou qu'ils ont agi, et ils vivent leur idéal.

Le philosophe n'est pas autre chose que la conscience du géomètre et du juste; mais il est cela, il a pour mission de dissiper tout préjugé qui leur cacherait la valeur exacte de leur oeuvre, qui leur ferait attendre, au delà des vérités démontrées ou des efforts accomplis, la révélation mystérieuse de je ne sais quoi qui serait le vrai en soi ou le bien en soi; le philosophe ouvre l'esprit de l'homme à la possession et à la conquête de l'idéal, en lui faisant voir que l'idéal est la réalité spirituelle, et que notre raison de vivre est de créer cet idéal.

La création n'est pas derrière nous, elle est devant nous; car l'idée est le principe de l'activité spirituelle...

C'est donc à une alternative que nous conduit l'étude de l'idéalisme contemporain

Ou nous nous détachons des idées qui sont en nous pour chercher dans les apparences extérieures de la matière la constitution stable et nécessaire de l'être, nous nous résignons à la destinée inflexible de notre individu, et nous nous consolons avec le rêve dun idéal que nous reléguons dans la sphère de l'imagination ou dans le mystère de l'au delà

ou bien nous rendons à nos idées mortes leur vie et leur fécondité, nous comprenons qu'elles se purifient et se développent grâce au labeur perpétuel de l'humanité dans le double progrès de la science et de la moralité, que chaque individu se transforme, à mesure  qu'il participe davantage à ce double progrès. Les idées, qui définissent les conditions du vrai et du juste, font à celui qui les recueille et s'abandonne à elles, une âme de vérité et de justice; la philosophie, qui est la science des idées, doit au monde de telles âmes, et il dépend de nous qu'elle les lui donne"

 

C'est aussi la science qui donne accès au "monde des idées" dont parle Rudolf Steiner en 1888, quand il était encore philosophe, avant les "débordements théosophiques" des années après 1900 :

 

 
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Apparition de l'église internelle
  • : Ἐν ἀρχῇ ἦν ὁ λόγος, καὶ ὁ λόγος ἦν πρὸς τὸν θεόν, καὶ θεὸς ἦν ὁ λόγος.
  • Contact

SE7EN

Les sept buts du Messianisme, ou paraclétisme, ou christianisme des philosophes, qui est l' union finale de la philosophie, de la science et de la religion

 

Il doit produire et accomplir les sept réalités fondamentales de l'homme :

1 Il doit fonder péremptoirement la Vérité sur la terre et réaliser ainsi la philosophie absolue

2 il doit, en suivant l'Ecriture, accomplir la religion révélée et réaliser ainsi la religion absolue, le paraclétisme

3 il doit réformer et établir définitvement les sciences, en suivant des principes a priori

4 il doit, conformément aux lois augustes de la liberté de l'homme, expliquer l'histoire

5 il doit, pour faire cesser l'actuelle tourmente politique des nations, découvrir le but suprême des états

6 il doit, par la spontanéité propre de la Raison, fixer les fins absolues de l'homme

7 il doit, en vue de ces fins augustes, dévoiler les destinées respectives des nations

Recherche

Archives

Catégories